logo
MENU
Imprimer cet article Imprimer cet article

L’industrie solaire européenne appelle Bruxelles à enlever les obstacles à l’importation de panneaux chinois

L’industrie solaire européenne appelle Bruxelles à enlever les obstacles à l’importation de panneaux chinois

l’Association européenne de l’industrie solaire, Solarpower Europe, est derrière une lettre signée par 34 organisations du vieux continent du secteur de l’énergie solaire et les énergies renouvelables européennes, qui a été envoyée à la commissaire européenne de commerce, Cecilia Malmstron, en demandant à l’UE de retirer immédiatement les barrières commerciales contre les importations de cellules et de modules photovoltaïques chinois, qui ne font qu’entraver le développement de l’industrie solaire en Europe.

 

Les 34 organisations des quatre coins du continent représentent plus de 120.000 entreprises employant 1,3 millions de travailleurs. Toutes, dans une lettre remarquable réclament que soient levées le prix minimal à l’importation et les mesures antidumping et antisubventions sur les importations photovoltaïques chinoises.

 

L’UE a adopté ces mesures protectionnistes en décembre 2013, avec l’objectif de protéger le secteur solaire européen. Toutefois, ces organisations maintenant estiment que les mesures ont été néfastes et, en fait, ont eu un impact négatif sur l’industrie solaire européenne tout au long de la chaîne de valeur.

 

Il s’agit d’un écrasant échantillon d’appui des organisations de l’ensemble de l’UE qui travaillent dans le secteur solaire, a dit le PDG de Solarpower Europe, James Watson.  Les mesures ont été mises en vigueur pendant plus de trois ans sans aucun avantage réel pour l’industrie solaire européenne.

 

Le nœud de l’argument, indiqué dans la lettre, est que ces mesures font que l’énergie solaire soit plus chère en Europe et touchent à toute la chaîne de valeur. Cela à son tour affecte la compétitivité de l’énergie solaire et en prolongeant le soutien financier de la part des gouvernements européens.

 

En outre, la lettre indique qu’entraver la compétitivité de l’énergie solaire est contraire à l’objectif de l’UE pour lutter contre les changements climatiques et réduire les émissions de carbone. Les postes de travail, la politique du changement climatique, l’intérêt des consommateurs et les intérêts des fabricants sont compromis par les mesures protectionnistes, selon la lettre.

 

La lettre réclame la levée immédiate des barrières commerciales qui existent ; toutefois, il est probable que la Commission européenne attend jusqu’au début de 2017 pour prendre une décision car il serait grand temps de faire une recommandation sur les mesures.

 

Nous avons besoin d’une meilleure approche pour aider les producteurs de modules en Europe, car les mesures commerciales sont un instrument émoussé qui a desservis plus de 80 % des postes de travail dans les usines solaires et le reste des travaux de la chaîne en Europe », a ajouté Watson. « La Commission doit développer une nouvelle stratégie à suivre pour l’énergie solaire sans taxes sur le commerce et des mécanismes de prix ».