logo
MENU
Imprimer cet article Imprimer cet article

La Belgique… Pas de décision pour la prolongation ou non de la vie des réacteurs nucléaires Doel 1 et 2

 

 

 

Le Parlement belge a reporté le vote sur la loi pour prolonger la vie des réacteurs nucléaires Doel 1 et 2 après le 31 juillet, selon le quotidien Le Soir.

 

Le dernier jour de ce mois était la date limite prévue jusqu’à présent pour se débattre sur la norme qui permettrait aux deux centrales nucléaires de continuer à fonctionner jusqu’en 2025. Le retard de la voix oblige à l’État belge et à Electrabel, principal actionnaire des centrales, à fixer un nouveau délai et à convenir d’une nouvelle convention, étant donné que l’actuel comportait la limite du 31 juillet.

 

Selon Le Soir, Electrabel qui a confirmé au quotidien son intention d’accorder une nouvelle date avec la ministre de l’énergie, Marie-Christine Marghem n’a pas été informé de ce retard. Tant le Gouvernement que l’opposition sont convenus de reporter le vote en raison de l’agenda bien chargée du Parlement pendant les semaines à venir.

 

Ainsi, les partis de l’opposition ont accepté de ne pas bloquer une quinzaine d’initiatives de l’Exécutif si la prolongation de Doel 1 et 2, ainsi qu’une série de projets législatifs du ministre de la justice, Koen Geens, étaient présentées à la Chambre après l’été.

 

En 2015, Greenpeace a estimé que le risque d’accidents nucléaires en Belgique pourrait être réduit si on ne prolonge pas la vie utile de ces deux centrales, les plus anciens du pays.

 

Le Gouvernement et Electrabel sont convenus que les centrales poursuivront leur activité le 1er décembre dernier pour assurer la sécurité de l’approvisionnement », selon les déclarations du Premier ministre Charles Michel.